Saint-Georges-sur-Arnon, pionnier berrichon des renouvelables

La mairie de Saint-Georges-sur-Arnon
Publié par Esther Bailleul le 04/04/2017

Le premier parc éolien du Berry tourne depuis 2009, et il se trouve à Saint-Georges-sur-Arnon. Jacques Pallas, maire de cette commune de 620 habitants depuis 1996, est à l'origine de ce projet lancé en 2005 qui a emporté l'adhésion des habitants du territoire.

Lorsqu'un développeur prend contact avec la mairie en 2005, celle-ci y voit l'opportunité de s'impliquer à son niveau dans la préservation environnementale. Après seulement 5 ans de développement, de réunions publiques et de visites de parcs voisins, ce sont finalement 19 éoliennes qui commencent à produire en octobre 2009 : 14 à Saint-Georges-sur-Arnon, et 5 à Migny - une autre commune de la Communauté de communes du Pays d'Issoudun (CCPI) dont fait partie Saint-Georges-sur-Arnon.

Le parc, d'une puissance de 46 MW, produit l'équivalent de la consommation d'électricité des 14 000 habitants d'Issoudun, la ville-centre de la CCPI. La commune est ainsi devenue une référence du développement éolien en France et a déjà accueilli des milliers de visiteurs afin d’en faire la promotion.

S'approprier l'énergie... et ses revenus

Dès la genèse du projet, Jacques Pallas implique et informe la population, et s'engage à ce que « le partage des paysages aboutisse au partage des richesses ». Et en effet, les recettes fiscales de la municipalité (144 000 € par an) permettent de financer des projets de développement local : une quinzaine de diagnostics énergétiques sur des logements construits avant l’an 2000, un centre socio-culturel HQE, la rénovation de l'éclairage public, développement de la fibre optique... Enfin, l'arrivée des éoliennes a entraîné la création de 6 nouveaux emplois directs, car un centre de maintenance a été implanté sur la commune.

La communauté de communes s'inscrit dans le même mouvement. Après avoir créé la SEMER (société d'économie mixte énergies renouvelables) avec plusieurs partenaires privés en 2010, elle rachète 5 des 19 éoliennes afin d'en tirer des revenus d'exploitation. En 2015, l'obtention de l'aide "Territoires à énergie positive pour la croissance verte" et d'une subvention par la CCPI et la commune a permis de poursuivre la dynamique et de diversifier les actions.

Développement rural et préservation de l'environnement

A Saint-Georges-sur-Arnon sont ainsi installées depuis le premier semestre 2017 quatre stations photovoltaïques, co-financées par les fonds TEPCV : des panneaux sur la guinguette, la mairie et une ombrière de parking, et une smart flower au pied de la mairie. C'est également sur le territoire de la commune que seront construites en 2018 neuf des onze nouvelles machines prévues par le projet d'extension du parc éolien porté par la SEMER. Cette fois-ci, les élus espèrent pouvoir lancer un appel à participation financière citoyenne en impliquant Energie Partagée.

Côté paysage, Saint-Georges-sur-Arnon ne se contente pas des éoliennes. Plusieurs centaines d'arbres ont été plantés avec les enfants lors de la COP21, et la commune, située sur une zone Natura 2000 et soucieuse de sa biodiversité, s'implique dans la préservation de ses espaces naturels sensibles et dans un programme Zéro pesticide. C'est en continuité avec cette démarche que la commune développera bientôt son parc de logements, à travers un projet d'éco-lotissement d'une dizaine de maisons.