Photovoltaïque, circuits courts, les citoyens des Crêtes Préardennaises se mobilisent

Réunion de signature des statuts de la SAS Centrales Villageoises des Crêtes © Crêtes Préardennaises

Réunion de signature des statuts de la SAS Centrales Villageoises des Crêtes © Crêtes Préardennaises

Published by Rebecca Bourrut on 23.05.2017

Depuis près de 20 ans, la Communauté de Communes des Crêtes Préardennaises est engagée dans une politique énergétique impliquant les habitants. Sa politique de développement est d’abord passée par la mobilisation des acteurs et la mise en place d’une culture de la participation citoyenne, notamment grâce à la dynamique de Pays qui couvre le même territoire que celui de la Communauté de Communes. Pour améliorer la proximité de l’animation territoriale avec les habitants, le Pays des Crêtes préardennaises est mis en place en 2002 pour associer les habitants et les acteurs locaux à la construction des projets et donner une identité au territoire.

La mobilisation citoyenne jointe aux choix politiques communautaires ont abouti à la création de nombreuses associations et structures. Des groupes de travail proposent des projets individuels et collectifs reconnus par la communauté de communes. Ils permettent de faire émerger le conseil de développement au travers d’une formation action sur les enjeux territoriaux.

Participation à la stratégie TEPOS

Les habitants sont invités à participer aux montages des projets liés au territoire : conseil de développement toujours actif, programmation LEADER, comités de pilotages,…  En 2013, la collectivité s’est engagée dans un Plan Climat volontaire à l’horizon 2020 qui dépasse les objectifs fixés par l’Etat : 20% d’économies d’énergie, 20% de réduction des émissions de GES et 100% des besoins énergétiques couverts par les énergies renouvelables (hors transport). Les acteurs locaux sont impliqués dans son élaboration pendant plusieurs mois.

L’objectif n’est pas de laisser ce potentiel énergétique et cette économie « verte » s’envoler aux mains d’exploitants étrangers au territoire mais bien de se l’approprier, en encourageant les initiatives citoyennes. Une première initiative citoyenne a vu le jour avec le parc éolien citoyen « Les ailes des Crêtes » inauguré à l’été 2016 et comportant 3 éoliennes pour une puissance cumulée de 2.4 MW. Ce parc sort pour le moins de l’ordinaire : un poste d’animatrice a été financé pendant 3 ans afin de suivre le projet et de mobiliser les citoyens. Sur les 3 éoliennes installées, une appartient intégralement aux enfants et l’électricité d’une seconde est entièrement revendue à ENERCOOP.

Plus d’informations sur ce parc dans cet article (2014)

Un nouveau projet d'énergie citoyenne

Mais la Communauté de Communes ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin. Elle décide de lancer en 2016 une animation afin de monter un projet de « Centrales Villageoises » photovoltaïques sur le territoire, et c’est aujourd’hui chose faite ! Après plusieurs réunions publiques qui ont mobilisé plus d’une cinquantaine de personnes, un solide groupe de 14 citoyens et élus s’est formé et a signé les statuts de création de la société SAS Centrales Villageoises des Crêtes en mars dernier.

Cette société vient enrichir le réseau national des « Centrales Villageoises » qui est né en Rhône-Alpes et qui commence aujourd’hui à essaimer un peu partout en France. Aujourd’hui, le projet est en bonne voie, la capitalisation de la société a commencé avec pour objectif de récolter un minimum de 80 000€ de fonds citoyens à l’automne 2017 ; le montant du projet initial étant de 250 000€ pour équiper une quinzaine de toitures publiques et privées de 9 kWc de panneaux solaires photovoltaïques.

Citoyens porteurs d'activités durables

L’une des spécificités des Crêtes Préardennaises est bien l’implication de ses citoyens dans les projets du territoire. En témoignent, outre les projets énergétiques, le dynamisme associatif et les initiatives collectives. La communauté de communes a travaillé avec les agriculteurs et les associations sur les circuits courts, ce qui a conduit à la création d’un comptoir paysan pour vendre les produits locaux, avec réservation par internet. L’association Eco-territoires est également à l’origine d’une démarche de développement de la filière chanvre. La société Ecochanvre 08 a alors été créée par des agriculteurs pour produire et transformer le chanvre localement à destination du secteur de la construction.

D’où vient cette mobilisation ? Sans doute de plusieurs années d’efforts, depuis la démarche de Pays, pour essayer d’impliquer les citoyens. Mais cela est dû aussi, par exemple, au questionnement des agriculteurs sur le modèle de développement de leur exploitations. Le passage à l’action dépend, ensuite, de l’animation à l’échelle de la collectivité. Il s’agit de permettre aux individus et collectifs de porter leurs projets avec un ancrage territorial, lorsque ceux-ci ne peuvent ou ne souhaitent pas s’appuyer sur les structures traditionnelles.