Implication citoyenne : Loos-en-Gohelle propose un “référentiel pour nourrir l’action”

L'implication des citoyens - retour d'expérience de Loos-en-Gohelle - mars 2020
Published by Charlotte Tardieu on 29.04.2020

Ce rapport permet de découvrir la place donnée par Loos-en-Gohelle à l’implication citoyenne dans sa démarche de conduite du changement, les résultats qu’elle produit, la méthode sur laquelle elle s’appuie, et les questions que pose cette expérience locale.

Ce document est autant destiné à faire le point en interne sur des pratiques initiées et étoffées progressivement depuis plusieurs dizaines d’années qu’à transmettre à d’autres acteurs qui souhaitent engager ou enrichir des démarches similaires. Le dispositif phare de co-production d’action publique utilisé par la ville, le “fifty-fifty”, qui s’appuie sur une logique de donnant-donnant et de partage des responsabilités, y est abordé en détails à l’aide d’exemples concrets. Le rapport se conclut sur une mise en perspective des différents outils mis en place et innovations développées à Loos-en-Gohelle pour construire, mettre en oeuvre et évaluer les politiques publiques. 

>> Lire le rapport

Parce qu’il aborde aussi bien les réussites que les difficultés rencontrées et met en exergue les risques sous-tendus par une telle démarche, ce rapport est inspirant et riche en enseignements.

Une démarche progressive 

Partant du principe qu’ ”il ne peut y avoir de transition écologique sans transition démocratique”, la place donnée aux citoyens et entreprises dans la conduite du changement de ce territoire profondément marqué par la fermeture des mines de charbon à la fin des années 70 et au début des années 80 dépasse celle de la participation aux politiques municipales. Tout l’enjeu résidait à accompagner les citoyens pour les emmener d’une posture passive de consommation de services publics à une posture active d’implication dans la construction et la mise en oeuvre des politiques de la ville: “L’implication habitante désigne de manière générale le fait d’inclure les habitants, de créer les conditions pour qu’ils s’engagent et s’investissent dans le développement du territoire, dans la conception et la préservation des biens communs ainsi que dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.” Les habitants ont d’abord été invités à participer à l’organisation d’événements culturels, notamment les “Gohelliades” à partir de 1984, puis à contribuer à un diagnostic social et environnemental de la commune en vue de la révision du Plan d’Occupation des Sols (POS) en 1995. De cette démarche de planification participative est née la Charte du cadre de vie, qui constitue encore aujourd'hui un document cadre de l’action publique Loossoise. 

Des relations remodelées entre élus, agents et citoyens

Désormais, les espaces d’implication se sont multipliés, les habitants sont appelés à être acteurs de l’action publique locale, à travers l’expression de leurs besoins, le droit à initier des projets concrets et à participer à leur mise en œuvre. Les relations entre élus, agents de la collectivité et citoyens ont ainsi été modifiées, perturbant le rôle préconçu de chacun. Pour éviter que ces perturbations deviennent sources de tensions, la démarche d’implication citoyenne repose sur trois principes fondamentaux : 

  • transparence de l’action publique et principe de vérité,
  • reconnaissance de la légitimité des habitants à “s’emparer de l’objet du politique et contribuer à construire la ville”, 
  • confiance à nourrir et entretenir entre élus, agents et habitants. 

La mise en œuvre de ces principes supposent des qualités relationnelles fortes au sein du conseil municipal autant qu’au sein des services de la collectivité, une capacité affirmée de leadership de la part des élus et de manière générale une certaine humilité indispensable à l’amélioration continue de la démarche.

Des politiques publiques mieux préparées

-

Un engagement exigeant pour des résultats enthousiasmants

Les résultats dressés par la mairie de l’usage des outils d’information, de consultation et de coproduction sont multiples : des politiques publiques mieux préparées grâce à la complémentarité des expertises mises à profit (politique, technique et d’usage) ; une acceptabilité sociale des politiques publiques renforcée tout comme la légitimité des élus et surtout la “capacitation” individuelle et collective, c’est à dire la montée générale en compétences et l’augmentation du pouvoir d’agir. Impliquer les habitants dans l'action publique locale demande du temps et de l’énergie à chacune des parties prenantes, et nécessite de ce fait d'entretenir régulièrement le plaisir d’agir ensemble à travers des moments festifs.