Valorem et le Crédit Coopératif proposent une épargne éolienne aux riverains du parc d'Arfons

Parc éolien d'Arfons-Sor, en fonctionnement depuis novembre 2009

Parc éolien d'Arfons-Sor, en fonctionnement depuis novembre 2009

Publié par Yannick Régnier le 15/05/2013

Un nouveau produit d’épargne exclusivement dédié à l’investissement dans un parc éolien a vu le jour à Arfons, petite commune située à la frontière du Tarn et de l’Aude. Cette expérimentation, issue d’un partenariat entre VALOREM et le Crédit Coopératif, a permis aux riverains de souscrire fin 2012 un compte à terme à un taux attractif par rapport aux conditions du marché (5,25 %).

Cette formule d’épargne simplifiée a généré la mobilisation, sous la forme d’un circuit court - la collecte est limitée géographiquement : seuls les habitants du Tarn et de l’Aude pouvaient investir -, d’une épargne de proximité dédiée au financement d’un projet local identifié. Cette innovation a rencontré un intérêt prometteur pour sa généralisation à d’autres parcs ou projets d’énergies renouvelables.

Le parc éolien d’Arfons-Sor, qui en fut le terrain d’expérimentation, est en service depuis novembre 2009. Depuis 3 ans, les 11 éoliennes du parc produisent plus de 60 000 MWh par an, soit la consommation domestique d’une ville comme Carcassonne. Elles apportent à la collectivité, qui a accompagné et soutenu leur implantation, les ressources habituelles générées par un parc éolien. Désormais, les riverains peuvent donc eux aussi bénéficier des revenus générés par l’éolien à travers le livret d’épargne associé.

Ce nouveau produit bancaire a été adossé à un parc éolien déjà en fonctionnement afin de préserver les épargnants du risque industriel. Cette solution innovante constitue un nouveau de moyen de participation citoyenne au financement des énergies renouvelables.

Or la France est aujourd’hui l’un des pays européens où les contraintes règlementaires relatives à la collecte de l’épargne sont parmi les plus rigides d’Europe. A l’inverse, en Allemagne ou au Danemark, pays pionniers du développement éolien, le recours à l’investissement participatif est extrêmement répandu voire obligatoire. La nécessité d’une simplification administrative du financement par les citoyens est une des premières conclusions du débat national sur la transition énergétique. Une étude juridique est en cours d’élaboration.