Le Beaujolais Vert, reconnu laboratoire d’expérimentation pour le Pays Beaujolais

Le Beaujolais Vert, reconnu laboratoire d’expérimentation pour le Pays Beaujolais
Publié par Sophie Moncorgé le 17/11/2014

Le Beaujolais Vert est une association loi 1901 créée en 2001, intervenant sur le périmètre de deux Communautés de Communes du Rhône: CC du Haut Beaujolais et CC de l’Ouest Rhodanien (48 communes, 54 411 habitants) et regroupant des acteurs publics et privés. Reconnu laboratoire d’expérimentation pour le Pays Beaujolais, son objet est de construire des projets de territoire.

Le programme LEADER, moteur de la dynamique

De 2009 à 2014, le programme LEADER a pour objectif de faire du Beaujolais Vert un éco-territoire construit autour de deux axes: la maîtrise de l’énergie, et la valorisation des ressources & des savoir-faire.

Le Plan Climat Energie Territorial est un véritable outil inscrit dans la candidature LEADER. Soutenu par l’ADEME, le territoire a pu conduire de nombreuses expérimentations (circuits courts, sensibilisation, maîtrise de l’énergie, urbanisme, habitat, éclairage public, ingénierie financière…).

Ces programmes ont permis de constituer un réseau d’acteurs locaux, publics et privés, de démontrer la faisabilité et la plus-value des projets de territoire axés sur un développement économique durable (outils de réflexion, techniques et stratégiques).

Cap sur le territoire à énergie positive

Récemment, le Beaujolais Vert a souhaité s’inscrire dans une nouvelle ambition, ancrant davantage les notions de réduction des consommations et de production d’énergies renouvelables locales, conduite par l’ensemble des parties prenantes: l’ambition Territoire à énergie positive à l’horizon 2050. Afin d'élaborer une stratégie énergétique ambitieuse, la structure bénéficie d'un soutien financier via l'AMI TEPOS de l'ADEME et la Région Rhône-Alpes, dont elle est la première lauréate.

Tout d'abord, le PCET a été évalué dans une approche TEPOS pour établir un point d’étape objectif, ainsi que des études de potentiels en gisements d’économies d’énergies et en production d’énergies renouvelables locales. Le Beaujolais Vert dispose désormais d'un scénario "mathématique" mettant en lumière ses potentiels de conversion (1 322 GWh/an, 110 millions € de dépenses énergétiques, amenées à doubler d'ici 2023).

Des projets phares pour matérialiser la dynamique TEPOS

Plusieurs projets phares sont en développement dans le cadre de la démarche TEPOS :

  • De nombreux travaux de rénovation énergétique du patrimoine communal (rénovation performante sur 15 communes, 3 réseaux de chaleurs bois, groupement des CEE) ;
  • Deux projets d’installation de parcs éoliens, un sur le périmètre de la COR, un sur le périmètre de la CCHB, avec une capacité cumulée entre 16 et 27 MW ;
  • Une expérimentation concrète en coopération LEADER avec le PNR de Millevaches en Limousin : "Isole toiT, mais pas tout seul" est une campagne d’isolation, incluant sensibilisation, communication, expérimentation du guichet unique local, formation, commande groupée, accompagnement technique et financier, qui conduit aujourd’hui à une évaluation des dispositifs existants et une prise en compte des problématiques de tous les acteurs de la rénovation (professionnels, administratif et financier…) ;
  • Dans la continuité, mise en place d’une plateforme locale de la rénovation énergétique de l’habitat privé (candidature soumise à l'AMI "Plateforme de la rénovation énergétique de l'habitat" de l'ADEME et la Région en septembre 2014, en partenariat avec Hespul) ;

De manière transversale, l'association mène actuellement une phase de concertation pour amplifier le réseau d’acteurs et transposer le scénario théorique existant en scénario réalisable, en identifiant les outils à mobiliser, et aider à valider les priorités. Il s'agit de faire le choix d’une stratégie énergétique territoriale conforme à la trajectoire TEPOS et de co-construire avec les acteurs du territoire un plan d’action opérationnel pour fin 2014. Une nouvelle candidature LEADER autour des changements de pratique, la valorisation des ressources naturelles et l’adaptation au changement climatique concourra au financement de ces actions.