La Communauté de Communes du Mené (22): le plein d’énergie !

Unité de méthanisation Géotexia, première unité collective de France, inaugurée en juin 2011

Unité de méthanisation Géotexia, première unité collective de France, inaugurée en juin 2011

Publié par Yannick Régnier le 15/02/2010

À l’occasion de la cérémonie de récompenses de la Ligue EnR France, lors des Assises de l’Energie à Dunkerque, le Prix Spécial du Jury a été remis à la Communauté de Communes du Mené (6 309 hts, Côtes-d’Armor) pour l’exemplarité de sa politique énergétique. Cette intercommunalité se donne pour objectif de devenir un « territoire à énergie positive » d’ici 2030 (pour tous les usages : chaleur, électricité, mobilité et industrie), c’est-à-dire un territoire qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme – d’abord en réduisant ses besoins d’énergie puis en subvenant aux besoins restants par des énergies renouvelables locales – à l’instar du bâtiment à énergie positive.

Michel Fablet, président de la communauté de communes, et Jacky Aignel, vice-président en charge de l’environnement, sont intervenus mardi 26 janvier 2010 à l’invitation du CLER lors d’un forum intitulé « Vers 100% énergies renouvelables : concilier énergie et développement local » lors des Assises de l'Energie et du Climat des Collectivités locales à Dunkerque.

Une politique énergétique initiée sur un terreau fertile

La stratégie de la communauté de communes du Mené repose sur 4 axes majeurs :

  • Comprendre et accepter ses faiblesses et les transformer en atouts
  • Utiliser la force d’une culture du développement local
  • Créer des synergies avec le monde associatif, coopératif, les entreprises et les particuliers
  • Mobiliser les capacités de financement locales pour des projets profitables

Sa démarche consiste à :

  • Analyser les besoins du territoire,
  • Identifier les ressources disponibles localement,
  • Développer les procédés permettant d’exploiter ces ressources,
  • Et enfin associer les acteurs concernés par chaque action.
parc olien trbry.jpg

Parc éolien de Trébry - (c) Erwan Henry 

Une stratégie concrétisée par un plan d'actions en 10 points

Ainsi, après deux années de réflexion et d’études (2004-2005), un plan d’action en 10 points a été défini. Les premières actions furent la mise en route de l’huilerie Ménergol et des réseaux de chaleur au bois de Saint Gouëno et Le Gouray (2006-2007).

La phase actuelle dite de déploiement (2008-2010) vise une couverture à 80% des besoins énergétiques (hors transport) avec des EnR :

  • L’unité de méthanisation territoriale Géotexia sera enfin opérationnelle fin 2010 10 ans après l’initiation du projet. Elle couvrira l’équivalent de la consommation de 4 000 foyers en électricité (hors chauffage).
  • Un premier parc éolien, en phase de construction, couvrira les besoins domestiques (hors chauffage) en électricité de la communauté de communes (3 200 foyers). Ce projet, nommé Citéol Mené (« citoyens éoliens »), s'inscrit dans une démarche participative avec la création de 8 Cigales qui regrouperont des investisseurs locaux et détiendront 30% du capital social. Deux autres projets sont au stade du permis de construire, ce qui portera le nombre d’éoliennes à 16 à terme.
  • 3 nouveaux réseaux de chaleur sont à venir: celui de Saint Jacut devrait être mis en service fin 2010, ceux de Plessala et Langourla sont en cours de réalisation.
  • De nombreuses réalisations en solaire photovoltaïque existent déjà, d’autres ainsi que les premiers projets solaire thermique verront le jour.
pepinire menerpole.jpg

Pépinère d'entreprises Ménerpôle - (c) CC du Mené

Objectif: développement économique !

2010 s'inscrit comme l’année de décollage des réalisations de la communauté de communes, apportant un effet d’entrainement et une reconnaissance de sa démarche territoriale, propices au remplissage de la zone d'activités et de la pépinière d'entreprises Ménerpôle dédiées à l’économie “verte” qui ont été créées. Cette zone d’activités et cette pépinière seront à la fois la conséquence et le catalyseur des projets énergétiques du territoire, créateurs de ressources et d’emplois locaux. Connectées aux réseaux de communication haut-débit, elles seront aussi un lieu de télétravail.

A court terme, un nouvel axe de travail sera développé autour du bâtiment à énergie positive ou à très basse consommation, de l’efficacité énergétique au niveau des collectivités et des particuliers et de la création d'une filière artisanale locale s’appropriant les technologies des maisons de demain. Un réflexion prospective sur le bouclage énergétique du territoire est par ailleurs en cours: première étape, la perspective d'installer des boitiers "intelligents" dans un tiers des foyers de la communauté de communes, afin de gérer les pointes de consommations d'électricité.