Élaboration du PLU de Tramayes intégrant une réflexion sur le développement durable

Vue aérienne du Bourg de Tramayes en 2009

Vue aérienne du Bourg de Tramayes en 2009

Publié par Michel Maya le 23/09/2009

Pour comprendre les évolutions actuelles et à venir d’un espace, il faut bien s’imprégner de son évolution passée. Ainsi, la comparaison de la situation de Tramayes en 2009 avec celle de 1836 produit un résultat frappant.

Analyser l'évolution passée pour mieux comprendre l'avenir

tramayes vue 1837.jpg
tramayes vue 1940.jpg
 1837  1940
tramayes vue 1990.jpg
tramayes vue 2009.jpg
 1990  2009

En 2009, la commune de Tramayes compte 952 habitants. En 1836, la commune comptait 2431 habitants. Le bâti du bourg était regroupé le long d’une seule artère, dans laquelle se situaient presque tous les commerces. Les guerres et l’exode rural expliquent la diminution de la population.

Les « anciens » étaient plus économes en matière d’espace de vie. Certes, les conditions d’habitat étaient rustiques, mais les gens ne ressentaient pas auparavant le besoin de vivre dans plusieurs pièces pour assurer leur bien–être. Les gens vivaient davantage en position rassemblée, ce qui impliquait moins de besoins de déplacement et moins de déperdition thermique, que l’on a avec une maison aux quatre vents.

Les hameaux existaient déjà en 1837 et ils connaissaient une activité plus soutenue qu’actuellement. Une grande partie de la population de la commune résidait dans ces centres de vie secondaires. Le recensement de 1851 donne une population totale de 2626 habitants, pour 950 habitants seulement dans le bourg (ce qui représente la population actuelle).

Il est instructif de comparer l’évolution du nombre de logements au regard de celle du nombre d’habitants : les évolutions sont en effet diamétralement opposées. La commune compte aujourd’hui plus de logements et moins d’habitants qu’auparavant. Les habitants de Tramayes (comme partout en France) sont donc devenus terriblement consommateurs d’espace. Le défi d’un aménagement durable du territoire consiste donc à freiner la course au mètre carré tout en répondant aux besoins.

Description de l'action

Le territoire de la commune de Tramayes couvre une surface totale de 1860 ha. Plusieurs grandes zones ont été définies dans le PLU de la commune.
Fidèle à sa tradition, la commune réserve la partie la plus importante de son territoire au secteur agricole (1470 ha). La construction d’habitations pour des personnes non-ressortissantes du monde agricole est interdite sur ces parcelles, ce qui contribue fortement à la limitation du mitage potentiel du territoire. Ensuite, une zone naturelle (en vert) couvre 317 ha. Sur cette zone, la constructibilité est nulle, même pour les représentants agricoles. Finalement, il reste 70 ha pour l’habitat, surface dont une grande partie est déjà couverte par des constructions.

L’examen minutieux des hameaux a permis d’identifier des secteurs constructibles sans que cela ne vienne perturber l’activité agricole. Des permis de construire peuvent être déposés sur des terrains situés en dehors du bourg ou de sa proche périphérie. Le double objectif est de redonner vie aux hameaux et de densifier l’habitat dans ces secteurs.

La partie agglomérée de la commune se trouve au bourg, en position centrale (UA). Elle regroupe l’essentiel des commerces et l’hôpital. Compte tenu de la typologie des terrains, l’extension s’est faite majoritairement sur la partie sud du bourg. L’habitat y est plus diffus. En conséquence, les constructions ont été réalisées de plus en plus loin de la zone commerciale. Bien que les distances à parcourir restent tout à fait à l’échelle humaine, des habitants prennent désormais leur voiture pour faire quelques courses au centre.

Les zones 1AU représentent les futures zones de construction. Elles restent relativement éloignées du bourg, mais il est prévu dans la PLU des cheminements piétonniers pour mailler au mieux l’espace et les connecter au bourg.

Tramayes schéma bourg S.jpg
Tramayes schéma bourg N.jpg
 Bourg - secteur Sud  Bourg - secteur Nord

 

Dans le secteur nord, on trouve des zones à urbanisation différée (2AU): elles sont moins bien ensoleillées, mais elles présentent l’avantage de la proximité des commerces. Il s’agit de travailler à partir de la rue commerçante et de la rendre centrale par rapport à l’habitat, ce qui n’est pas le cas actuellement.
Les premiers efforts se portent sur les zones 1AU, et en particulier sur la zone dite « Les écorces ». À la suite d’acquisitions successives, la commune possède la quasi-totalité des terrains.

La commune a fait faire, en préalable à la rédaction du PLU, une étude d’aménagement par un cabinet d’urbanisme. Selon cette étude (disponible sur www.plu.tramayes.com), une nouvelle route de desserte serait créée. Elle permettrait de faire la jonction entre les deux routes départementales qui entrent dans le bourg par le sud. La route de jonction actuelle deviendrait piétonnière, et une desserte verte permettrait de relier ce nouveau quartier au centre bourg.

L’hôpital (repère F) profiterait de cette desserte. Par ailleurs, un nouveau groupe scolaire avec cantine serait implanté dans le quartier (repère H). Il se retrouverait, comme le gymnase, dans une zone sécurisée.

Tramayes les écorces vue.jpg
Tramayes les écorces schéma.jpg
Tramayes les écorces PLU.jpg
Tramayes les écorces orientations.jpg
 Vue aérienne actuelle  Projet d'aménagement  Zones du PLU  Schéma d'orientations

 

Ce schéma d’aménagement a servi de ligne directrice à la configuration du PLU du secteur. Dans le PLU, un schéma d’orientation permet de définir les attributions des différents emplacements afin de répondre aux objectifs fixés. Par exemple, la zone 1AUX est destinée aux activités artisanales.

Acteurs impliqués

Le travail amont sur l'élaboration du PLU a été réalisé par un petit groupe de travail communal (des élus, des agriculteurs et des commerçants-artisans), ensuite confirmé par une structure de validation avec des institutions telles que la Direction Départementale de l'Equipement, le Conseil Général de Saône et Loire, la DIREN, la Chambre d'Agriculture, la Chambre des Métiers.

L'étude a été faite avec le cabinet ALKHOS, désormais intégré au cabinet Habitat et Développement.

Financement

Le coût de l'opération a été de 32 793 EUR. Le financement a été intégralement assuré par la commune de Tramayes.

Dates, période, échéance

L'opération s'est échelonnée de 2003 à 2008, période couvrant la quasi totalité de la mandature précédente du Maire.

La situation vécue par Tramayes, consistant en une hausse du nombre de logements et dans le même temps une baisse du nombre d'habitants, est difficile à appréhender. Mais elle est une réalité dont il faut s'accommoder. Ainsi, l'enjeu pour Tramayes était de taille: si l'on voulait au minimum maintenir le nombre d'habitants, afin de préserver le dynamisme de la commune et ses commerces, il fallait construire de nouveaux logements et accueillir des personnes "extérieures".

Ces données n'ont pas été acceptées par tous: les nouveaux projets d'aménagement se sont heurté dès leurs prémisses à un groupe d'habitants, complètement opposé à une ouverture à la construction de certains terrains, en particulier ceux situés au nord du bourg. Ainsi, l'élaboration du PLU a pris beaucoup plus de temps que prévu, compte-tenu de la nécessité de concilier au mieux les contraires.

Critères d'évaluation & résultats obtenus

La réélection de Michel Maya au poste de Maire en 2008 montre que l'opposition de la population à l'égard du nouveau PLU, orientation déterminante pour la commune, n'était pas du tout généralisée parmi les habitants.

Depuis plusieurs années, la municipalité de Tramayes (dont le Maire est sans étiquette politique) est engagée dans de nombreuses actions concrètes de développement durable (voir le site de Tramayes). Un indicateur indirect peut être évoqué: lors des dernières élections européennes, le parti Europe Ecologie a réalisé son meilleur score en Saône-et-Loire dans le canton de Tramayes avec 20,49% et sur la commune de Tramayes avec 20,88% (en comparaison de 16,28% en France et 12,68% en Saône et Loire). Bien que ce critère d'évaluation (électoral) soit sujet à caution, les chiffres tendent à démontrer l'acceptation locale des actions engagées par la municipalité.