L’argent de la solidarité nationale utilisé pour bloquer la transition énergétique sur l’île de Sein

Le conseil de direction d'Ile de Sein Energies réuni devant le phare de Men Brial

Le conseil de direction d'Ile de Sein Énergies réuni devant le phare de l'île

Publié par Yannick Régnier le 06/10/2014

Loin du continent auquel elle n’est pas connectée pour son alimentation électrique, l’île de Sein, à l’ouest de la Bretagne, se chauffe, s’éclaire, pêche et se déplace à 100% au fioul.

Pourtant, l’île bénéficie d’une situation privilégiée en matière d’énergie : terre et mer à la fois, elle dispose des énergies renouvelables terrestres et marines (vent, soleil, courants et marées…), qui se complètent et s’additionnent, et grâce auxquelles elle peut envisager d’atteindre l’autonomie énergétique.

 

Témoignage de Patrick Saultier, ingénieur-consultant et directeur de la société locale Ile de Sein Energies, porteuse d'un projet de transition énergétique de l'Ile de Sein, sur le plateau TV du salon BE Positive à Lyon.

Note: la vidéo de l'intervention, sur le même plateau, de Yannick Régnier, responsable de projets Énergie et territoires au CLER, réseau pour la transition énergétique, est valorisée dans un autre article.

Participation, environnement, innovation, développement local : tout est bon dans la transition !

Débordants d’énergie et souhaitant redevenir acteurs de leur propre développement, des habitants de Sein ont monté une société locale dont ils sont actionnaires, Île de Sein Énergies (IDSE). Ils souhaitent mener la transition énergétique de leur île dans toutes ses dimensions : maîtrise des consommations, pilotage de la demande et réseau énergétique intelligent, production d’énergie renouvelable éolienne, hydrolienne et solaire, stockage. Ce projet pourrait être un des éléments structurants du futur projet territorial pour l’île, porteur d'activité et d'emplois.

Une île non connectée, du fait de la spécificité de son contexte énergétique, est un territoire d’expérimentation idéal. Elle est le lieu où l’innovation technologique et organisationnelle peut s’exprimer sans risque pour le réseau continental tout en générant des économies financières significatives pour la collectivité.

Un modèle de solidarité à revoir

La Contribution Service Public de l’Électricité (CSPE) est payée par chaque consommateur français d’électricité sur sa facture. Elle finance notamment la péréquation des tarifs, soit l’accès de tous à l’électricité partout au même prix. Ce mécanisme de solidarité du continent en faveur de ses îles permet actuellement aux habitants de Sein de payer l'électricité au huitième de son coût réel de production, celle-ci étant produite avec des groupes électrogènes et du fioul importé. Aujourd’hui, l’ensemble des français finance donc à grands frais la pollution sur l’île…

Le coût annuel de la péréquation tarifaire pour les îles non interconnectées est en hausse constante depuis sa création. La Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) estime la part affectée au fioul à 1,65 milliard d'euros pour 2014. Cette solidarité nationale devrait être un levier pour l'autonomie énergétique des îles, et ne devrait pas rester un outil encourageant au maintien du système actuel basé sur les importations d'énergies fossiles.

Il faut libérer les énergies de la transition !

Aujourd’hui, le projet d’Île de Sein Énergies se heurte à l’inertie du système énergétique établi et à un ensemble de contraintes administratives et légales (monopole du groupe EDF, arrêté interdisant de dépasser 30% d'énergies renouvelables variables sur le réseau en puissance active). La loi sur la transition énergétique, actuellement en préparation et bientôt en discussion, doit être l'occasion d'introduire les moyens de réaliser ce projet.

Le cas de l'île de Sein illustre la nécessité de permettre aux territoires de mettre en œuvre des solutions adaptées à leur environnement. Le Président de la République a annoncé lors de son discours sur la transition énergétique du 20 septembre 2013, que "les collectivités locales devront avoir un droit d’expérimentation sur ces questions". Ancré localement, le projet d’Île de Sein Énergies constitue un cas concret possible d'application de ce droit, propre à inventer un nouveau modèle de développement, combinant intelligemment autonomie et solidarité.