Petite histoire des territoires à énergie positive

Rencontres TEPOS Biovallée 2012

Accueil des participants des 2è rencontres nationales "Énergie et territoires ruraux, vers des territoires à énergie positive", dans la Biovallée en 2012.

Publié par Yannick Régnier le 15/09/2015

Depuis plus de 10 ans, le CLER, réseau pour la transition énergétique, défend des propositions en faveur d’une approche territoriale de l’énergie et mène des projets ciblés sur et en lien avec les collectivités locales.

La genèse des territoires à énergie positive : un concept et un réseau

Le CLER a introduit pour la première fois le concept de territoire à énergie positive (TEPOS) dans le paysage énergétique français, lors de la conférence plénière de son assemblée générale, en mai 2010 à Lyon. Des représentants de la Communauté de commune du Mené, du Pays Thouarsais et de la Biovallée sont intervenus pendant cette conférence, animée par le CLER. Ces trois collectivités sont devenues plus tard des membres fondateurs du réseau Territoires à énergie positive (TEPOS).

En septembre 2010, le CLER a été convié à soutenir et à participer à l’organisation des premières rencontres « Energie et territoires ruraux, vers des territoires à énergie positive », à l’initiative de la Communauté de communes du Mené. En parallèle, la Communauté de communes du Mené et le CLER ont pris la décision conjointe d’initier un espace de coopération national pérenne – qui deviendra le réseau TEPOS. Le CLER a assuré la conception de ce réseau (et depuis, son déploiement et son animation).

Initier et pérenniser un cycle d’échanges réguliers

Les premières rencontres nationales « Energie et territoires ruraux, vers des territoires à énergie positive » ont eu lieu les 15-16-17 juin 2011 dans le Mené. Le réseau TEPOS a été inauguré le 16 juin sous le patronage de Jacky Aignel (alors vice-Président en charge de l’énergie du Mené, aujourd’hui président) et Madeleine Charru (alors présidente du CLER, aujourd’hui vice-présidente). Ce premier événement a initié un cycle pérenne de rencontres, tenues chaque année dans une collectivité différente (membre du réseau TEPOS). Les rencontres sont désormais un événement établi, soutenu et reconnu par les acteurs institutionnels (Régions, ADEME, CGET, etc).

Accompagner un changement de paysage énergétique

Avec l'appui de la Commission européenne, le CLER a donné progressivement une définition et un cadre de plus en plus précis et formalisés au concept de TEPOS, tout en lui conférant une dimension européenne par la coopération entre les TEPOS et les territoires 100 % renouvelables de neuf autres pays de l’Union (projet « 100% RES Communities », 2012-2015).

Parallèlement, le CLER a accueilli et accompagné les initiatives d’acteurs institutionnels et d’autres acteurs, dans le souci permanent du maintien d’une complémentarité des actions et du développement de synergies, et dans le respect de leur autonomie stratégique et opérationnelle.

Une institutionnalisation progressive, en cohérence avec les dynamiques de terrain

L'existence de territoires « porte-étendards » du concept TEPOS (Mené, Montdidier, etc), mais surtout la réaction très positive de très nombreux autres territoires potentiellement concernés, des médias et des institutions ont assuré en peu de temps une grande notoriété au mouvement des Territoires à énergie positive et créé un effet boule de neige.

Conquises par l’approche TEPOS, trois régions (Aquitaine, Rhône-Alpes, Bourgogne) ont mis en place dès 2012 des programmes d’accompagnement des territoires, à l’initiative du Conseil Régional et de l’ADEME. Elles ont été suivies par la Franche-Comté et Poitou-Charentes en 2014, quand d’autres régions initiaient des programmes analogues dénommés autrement (Boucles énergétiques locales en Bretagne, Troisième révolution industrielle en Nord-Pas-de-Calais, etc). A partir de 2014, des partenaires institutionnels ont renforcé le mouvement au niveau national : le Commissariat Général à l’Egalité de Terrtoires (CGET), l’ADEME, la Caisse des Dépôts et Consignations.

Le ministère de l’écologie apporte sa pierre (précieuse !)

À l’initiative du ministère de l’écologie, le concept de Territoire à énergie positive a été introduit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015. En parallèle, le ministère de l’énergie a lancé l’appel à projets "Territoires à énergie positive pour la croissance verte" (TEPCV) le 4 septembre 2014, dans le cadre duquel 212 lauréats ont été récompensés le 9 février 2015 et ont reçu chacun une aide entre 500 000 et 2 millions d’euros (les lauréats étaient 260 à fin 2015, et 400 sont annoncés à fin 2016). Le ministère renforce ainsi significativement la dynamique générale et complète les différents dispositifs existants dédiés au développement et à la mise en œuvre de stratégies locales de transition énergétique ambitieuses.

L'histoire continue: rejoignez-nous !