Un rapport inédit sur les atouts de la transition énergétique territoriale

Couverture du rapport Transition énergétique territoriale
Published by Yannick Régnier on

À quelques jours du coup d’envoi des Rencontres nationales Énergie et territoires ruraux du 23 au 25 septembre 2020, Yannick Régnier, responsable de projets au CLER, publie "La transition énergétique territoriale, créatrice de valeur(s) et moteur de développement".

Aboutissement de deux ans de travail et de dix ans de liens avec les territoires en transition, cette synthèse s’appuie sur des exemples concrets – les territoires du réseau TEPOS, pionniers de la transition.

> Télécharger le rapport

10 ans de liens avec les territoires pionniers

Principal enseignement : l’appropriation des enjeux énergétiques est l’un des leviers de nouvelle création de valeur dans les territoires, d’attractivité et de dynamisme des ruralités. En l’absence de politique locale de l’énergie, chaque euro dépensé dans l’énergie quitte le territoire, appauvrissant non seulement les ménages, mais aussi tout le tissu économique local privé de ce flux financier.

“La transition énergétique est une chance. C’est un levier puissant pour le développement local et la cohésion des territoires.”

La production locale d’énergies renouvelables génère d’autant plus de valeur lorsqu’elle utilise les ressources, matériaux et savoir-faire locaux”, explique Yannick Régnier.

Une véritable dynamique territoriale

Conséquence directe de cet ancrage territorial : les commerçants locaux bénéficient d’une augmentation du pouvoir d’achat disponible, les communes de l’amélioration de leur situation financière, les habitants de la création de nouveaux services… L’acceptation des projets se trouve ainsi renforcée.

L’association de la population et des acteurs locaux à la prise de décision, chacun à son niveau, crée une véritable dynamique territoriale. “La réappropriation par l’ensemble des citoyens, élus, acteurs socio-économiques des questions d’énergie participe à un renouveau démocratique et une reprise de confiance en l’avenir”, conclut le responsable de projets du CLER.